Christelle, cadre commerciale repentie et frugaliste

4.5 / 5 ( 2 votes )

Prise de conscience

Christelle*, la quarantaine bien sonnée vient de lâcher son emploi de commerciale dans une maison d’édition et de vente très en vue. Reconnue meilleure vendeuse plusieurs années de suite, au prix de multiples déplacements, trajets en voiture fatigants, la naissance de sa fille (assez tardive) lui a fait l’effet d’un électrochoc révélateur. D’autant plus que son mari doit d’ici peu prendre une retraite bien méritée.

Crise de questionnement

Pourquoi se tuer à la tâche pour un salaire confortable qui de toutes façons sera épuisé à la fin du mois ? Quel intérêt de collectionner les kilomètres au compteur quand on n’a plus le temps d’être proche des siens ? Recevoir la reconnaissance de son patron quand votre petite passe sa journée à la crèche et chez une nounou ? Ne pas pouvoir manger sainement parce que les repas se font toujours sur le pouce ?  Commencer à sentir que le cœur s’emballe de tant de stress et de chiffres à tenir ? Travailler pour dépenser et consommer ? Quel sens donner à ma vie ?

Choix de vie salutaire

Christelle a du jour au lendemain, décidé de changer de vie. Comme elle le répète plusieurs fois lors de notre entretien, elle a tout simplement souhaité commencer à VIVRE.

De prise de conscience, en réveil profond, elle va faire des choix de vie catégoriques :

  • Instruction en famille de sa fille
  • Alimentation saine
  • Zéro déchet
  • Slow life
  • Abonnement aux recycleries et repair café
  • Choix de ne garder qu’un véhicule.
  • Jardinage

On ne s’improvise pas frugaliste

Pour ses amis et collègues du moment, c’est un peu l’incompréhension, cette conversion semble radicale (voire radicalisée !). Mais Christelle sait que tout cela est intimement lié à son besoin d’authenticité, d’être recentrée sur sa personne, ses aspirations et besoins.

Maintenant que le pas est sauté, Christelle doit ajuster son quotidien à sa nouvelle vie (ou le contraire ?). Elle n’hésite pas à dire que ce n’est pas tous les jours facile, mais ajoute aussi que la motivation (et le sourire de sa fille) rend les petits sacrifices et changements tout à fait acceptables.

Peut-on voir la vie en rose quand on est frugaliste ?

Bien sûr, elle trouve sa vie plus saine, plus « jolie » et sensée, mais avoue aussi qu’une « vie en rose ne se construit pas du jour au lendemain ». Il lui a fallu mettre en place de nouvelles routines et habitudes. Le plus dur pour elle, aura été de planifier son budget et de s’y tenir. Avant de trouver comment stabiliser ses dépenses, Christelle teste plusieurs méthodes. Finalement, c’est celle des enveloppes qui lui facilitera vraiment la vie.

Phase d’adaptation

Au début de son entrée dans le frugalisme (à notre qu’il existe plusieurs types de frugalisme), Christelle pensait pouvoir se contenter de la retraite de son compagnon. Mais « les temps sont durs », pour les frugalistes sans grandes épargnes et il faut bien pouvoir faire de temps en temps quelques courses (retrouvez nos 10 astuces de frugaliste pour moins dépenser en faisant ses courses) . Elle a donc dû se résoudre à faire un petit boulot pour mettre du beurre dans les épinards qu’elle cultive elle-même dorénavant !

Mais pas question de repartir dans la course aux chiffres et les statistiques, les déplacements dans toute la France. Elle a trouvé un petit boulot et distribue les journaux, une fois par semaine, le dimanche quand sa famille dort encore, entre 5h00 et 8h00.  Elle met aussi à disposition des touristes, une chambre dans sa maison et vend des bijoux qu’elle réalise. Ce sont des appoints qui ne lui demandent plus de sacrifier sa vie pour la gagner.

En conclusion

Quand on lui demande, si elle regrette ses choix, Christelle éclate de rire et affirme que pour rien au monde, elle ne retournerait dans son autre survie ! Elle se sent en parfaite adéquation avec sa personne et a l’impression de ne plus courir après le vent.

Témoignage de Christelle* (45 ans) recueilli et mis en forme pour le site. Le nom de notre contact a été modifié par volonté d’anonymat.

Témoignage d’un frugaliste

4.5 / 5 ( 4 votes )

Il y a des évènements qui vous font appréhender la vie d’une manière différente du jour au lendemain.

Un accident de la vie qui modifie la vôtre

Il y a 4 ans, ma femme a eu un grave accident de la circulation. Choc frontal, choc vital. Causé par un tiers, cet événement a créé une grande remise en question dans ma/notre vie.

J’étais enseignant dans un lycée professionnel depuis plus de 20 ans. J’avais l’assurance d’un salaire confortable, les vacances (plus que méritées) garanties toutes les 6 à 7 semaines. Oui, mais voilà, cela faisait de nombreuses années que ce métier avait perdu tout sens pour moi. Vidé de sa valeur et de ses objectifs fondamentaux, mon travail n’était devenu au fil des ans et l’usure du métier, qu’un gagne-pain qui me rendait aigri, fatigué et usé. je n’en pouvais plus de ce qui se trouve à l’arrière du décor (incivilité, manque de soutien de l’administration, programmes propagandistes, charges administratives etc..).

Quand ma femme a failli mourir, j’ai senti que la vie ne tenait vraiment qu’à un fil qui pouvait se rompre à tout instant. La cinquantaine approchant, je savais aussi que j’avais déjà accompli une bonne partie de mon chemin sur cette terre. Avais-je envie de continuer ainsi au prix de ma santé à gagner un salaire qui de toute façon était fondu en fin de mois ? Cela valait-il le coup de revivre à nouveau un burn out pour quelques subsides destinés à consommer plus. Pourquoi se ruiner la santé pour ne pas profiter de ses proches et de ce que la vie offre comme bons côtés ? Mon confort financier n’était-il pas devenu une prison ?

On change de direction

J’ai donc décidé de changer de vie et d’objectifs. J’allais profiter de la vie, de ma famille et de mes proches quitte à vivre plus frugalement. J’ai donc donné ma disponibilité de l’enseignement pour me lancer comme auto-entrepreneur. Cela voulait dire une diminution du salaire par 2,5.

Bonne nouvelle

On peut apprendre le frugalisme de façon progressive, moi, je l’ai fait de façon brutale. Mais plusieurs années après, je suis content du résultat. J’ai réussi à réduire mes désirs pour me focaliser sur mes besoins. Pour cela j’ai dû faire preuve de créativité et de système D, mais la qualité de vie n’a plus rien à voir. Je me suis mis au jardinage et à la permaculture, nous faisons des conserves. Nous pratiquons le système des enveloppes pour mieux gérer nos dépenses, nos loisirs sont moins onéreux, mais le temps passé en famille est bien plus précieux que quelques euros de plus sur le bulletin de salaire, mais dépensés aussi vite que gagnés.

Mon frugalisme se rapproche de la slow life, mais il existe de nombreuses autres façons de le vivre.

Témoignage de Laurent ( 51 ans) recueilli et mis en forme pour le site.

Un frugaliste, des frugalismes

5 / 5 ( 3 votes )
une religion ?

Si tous les frugalistes du monde ont des points communs et des ressemblances, il ne faut pourtant pas oublier que tous n’ont pas la même façon d’appréhender cette vie frugale. Le frugalisme englobe plusieurs choix de vie différents et des tendances variées. Dans cet article nous mettrons en évidence les points communs entre les adeptes du frugalisme et définirons plusieurs modes de vie frugalistes.

Qui sont les frugalistes ?

  • Ce sont tous des individus désireux de mener une vie simple.
  • Qui ont décidé de se concentrer sur leurs besoins plutôt que sur leurs désirs.
  • Qui souhaitent se libérer du stress des problèmes d’argent, de l’angoisse de la perte d’emploi et des dettes
  • Qui ont soif d’une vie saine et heureuse et la construisent en mettant à neuf leur quotidien.

Un frugalisme à géométrie variable

Frugalisme ou retraite anticipée

un frugaliste heureux

Appelé « early retirement » chez les anglo-saxons, ce frugalisme fait référence à des individus de moins de 40 ans qui dès les prémices de leur carrière professionnelle ont décidé de faire travailler leurs revenus et d’épargner intelligemment.  Leurs plans d’épargne bien remplis, des rentes immobilières assurées et une maison payée, ils prennent alors leur retraite et peuvent se lancer dans les activités qui répondent mieux à leurs aspirations, vivre leurs passions et profiter de leur famille.

Une vie au ralenti : La slow life

Ces frugalistes décident de freiner le tourbillon de leur vie et d’opter pour un quotidien plus tranquille. Ils ont pour objectif de réduire leur stress et se mettent à tout ce qui est « slow » : slowfood, slowfashion. Pour cela ils choisissent d’être plus proches de la nature, aiment le homemade, sont versés dans le DIY et tendent vers l’autosuffisance alimentaire voire énergétique. Ce sont souvent des frugalistes non-spéculateurs.

Les néo-frugalistes

Zen attitude

Ils sont dans la vingtaine et habitent encore chez leurs parents. La conjoncture économique et sociale les a poussés à préférer se concentrer sur leurs besoins plutôt que sur leurs désirs. Ils adoptent alors une consommation plus réfléchie et moins impulsive.

Et vous quel type de frugaliste êtes-vous ? Avez-vous évolué ?

La méthode des enveloppes pour moins dépenser

5 / 5 ( 3 votes )

Qu’il s’agisse de mieux gérer vos dépenses ou d’apprendre à les maîtriser, la méthode des enveloppes constituera un excellent outil de budgétisation. Non seulement la méthode a fait ses preuves, mais en plus, elle ne demande aucun investissement et ne requiert qu’une heure de préparation. Puisqu’elle m’a beaucoup aidé au début de ma démarche frugaliste, je vous propose de vous la faire découvrir aujourd’hui.

Matériel requis :

  • Des enveloppes
  • Un stylo ou un crayon
  • Le calcul de votre budget

On commence !

Le système des enveloppes est efficace parce qu’il vous oblige à presque tout payer en liquide. Les achats avec la CB qui donnent l’impression de ne pas dépenser d’argent, sont proscrits ou réservés aux choses qui ne peuvent pas s’acheter autrement (plein d’essence, location de DVD, péages autoroutiers, grosses dépenses etc..).

1. Définissez votre budget :

Pour que la méthode des enveloppes fonctionne, il faut savoir quelles sont vos entrées (revenus, rentes, intérêts etc..) et quelles sont les sorties obligées.

2. Séparez vos différents postes de dépenses

Faites le tri entre les dépenses qui ne peuvent pas être payées en liquide et celles qui le pourront.

  • Hypothèque
  • Loyer
  • Assurances
  • Etc…

Les sorties d’argent précédentes sont à peu de choses près identiques tous les mois.

Soustrayez ces dépenses de votre revenu mensuel total, puis gardez le montant restant pour les enveloppes.

3. Divisez vos dépenses en catégories

  • Examinez votre budget et divisez-le en plusieurs postes de domaines de dépenses que vous pouvez payer avec du liquide. Les principaux sont :
  • La nourriture
  • L’essence
  • Les vêtements
  • Loisirs

Mais vous pouvez en avoir d’autres qui vous sont propres.

  • Prenez une enveloppe par domaine. Des enveloppes blanches suffiront, sauf si vous voulez y mettre un peu de fantaisie et prendre une couleur différente par poste.
  • Inscrivez sur chaque enveloppe le libellé du poste

Remplissez vos enveloppes

Placez dans chaque enveloppe, l’argent que vous avez attribué à chaque catégorie ou indiquez sur l’enveloppe le montant que vous souhaitez dépenser via votre CB dans cette catégorie.

Dépensez jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’argent

Payez vos achats avec les enveloppes appropriées, mais seulement jusqu’à ce que l’argent ait été dépensé.

Si vous utilisez une carte de débit, soustrayez chaque dépense de l’enveloppe jusqu’à zéro.

À ce stade, les dépenses de toutes les enveloppes vides doivent cesser jusqu’au mois prochain.

Mettez l’argent restant dans votre épargne

S’il vous reste de l’argent dans vos enveloppes à la fin du mois, ajoutez-le à votre épargne ou utilisez-le pour rembourser une dette, ou faites le grandir .

On peut aussi créer une enveloppe spéciale pour les économies ou utiliser un bocal ou une tirelire.

On persévère

Lorsque vous débuterez avec la méthode des enveloppes, il est probable que vous rencontrerez des difficultés ou que certaines dépenses perturbent votre budget. Il ne faut surtout pas s’inquiéter, et abandonner.

Au fil des mois, vous affinerez votre budget et deviendrez de plus en plus efficace dans vos prévisions. Modifiez le montant dédié à vos différents postes en vous basant sur vos expériences et jusqu’à obtenir des chiffres qui vous conviennent.

Si vous n’êtes pas habitué à payer vos achats au comptant, vous aurez peut-être besoin de plusieurs mois pour vous adapter à la méthode des enveloppes. Ne paniquez pas s’il vous arrive de manquer de liquidités avant la fin du mois. Essayez simplement d’être plus proche de vos besoins, le mois suivant ou testez nos conseils pour moins dépenser en faisant ses courses.

Variante :

Si vous n’êtes pas à l’aise avec un budget mensuel, vous pouvez adapter la méthode des enveloppes à un budget prévisionnel hebdomadaire ou bimensuel. L’essentiel est de mettre en place un système qui contrôle efficacement vos dépenses.

Les anglo-saxons utilisent parfois des bocaux pour chacun de leur poste de dépense.

Vous avez testé la méthode des enveloppes ? Donnez- nous votre témoignage et ressenti, vos réussites et vos loupés.

10 astuces de frugaliste pour moins dépenser en faisant ses courses.

5 / 5 ( 1 vote )

Les achats compulsifs et les dépenses non-prévisibles sont un fléau pour les apprentis frugalistes. Elles plombent le budget et compromettent votre capacité à épargner. Si vous êtes un shopping addict, voici quelques stratégies qui vous permettront de mettre fin à vos mauvaises habitudes.

1.      Payer en liquide

Les cartes de crédit facilitent les dépenses excessives. Prenez donc l’habitude de laisser votre carte à la maison lorsque vous devez aller faire vos courses. Et contentez-vous de ne pas dépenser plus que la somme de liquide dont vous disposez.

2.      Se Fixer des objectifs à long terme

Si vous avez tendance à dépenser beaucoup d’argent en petits achats insignifiants (distributeurs automatiques, en-cas chez le pâtissier, jeux à gratter etc…), voici un moyen simple de perdre cette « vilaine » habitude.

Pensez à quelque chose que désirez vraiment :

  • Des vacances
  • La fin de votre crédit auto
  • Doubler votre épargne

Chaque fois que vous serez tenté de dépenser, songez à cet objectif et l’envie de jeter votre argent par la fenêtre vous passera bien vite.

3.      Savoir faire la distinction entre ses besoins et ses désirs.

Avez-vous vraiment besoin de ces nouvelles chaussures ou en avez-vous simplement envie ? Posez-vous cette question chaque fois que vous envisagez un achat. Si c’est vraiment nécessaire et que cela rentre dans votre budget), achetez-le.

Les questions à se poser :

  • Que va vous apporter cet achat ?
  • Va-t-il vous rendre heureux ?
  • L’objet remplira-t-il un manque ?
  • Pouvez-vous, vous permettre d’acheter cet objet ?
  • Y a-t-il autre chose que vous souhaitiez plus ?

En répondant honnêtement à ces questions, votre décision finale devrait être raisonnable.

4.      Faites vos courses avec une liste

Est-ce que cela ne vous est pas déjà arrivé d’entrer dans un magasin pour acheter une bricole et d’en ressortir avec un caddie plein à rabord ? Heureusement, il existe une solution simple à ce problème. Ayez toujours une liste de course sur vous. Vous y noterez à l’avance tout ce dont vous avez besoin dans le magasin. Déposez uniquement dans votre caddie, les articles qui figurent sur votre liste.

Astuce : si vous êtes tenté par un petit quelque chose en plus. Notez- le sur votre prochaine liste de course.

5.      Fixez-vous un budget

Observez les dépenses de ces derniers mois et calculez le budget moyen qu’il vous faut par semaine. Sortez en liquide cette somme de votre compte en banque et dépensez-le sans culpabilité aucune. Souvenez-vous simplement que lorsque tout l’argent a été utilisé, les dépenses s’arrêtent. Tant pis si vous ne pouvez pas vous acheter les viennoiseries dominicales. Ne tolérez aucune exception.

6.      Réfléchissez avant de dégainer la monnaie.

Vous avez envie des dernières Nike fluorescentes ou de ce super robot ménager rutilant ? Alors, sortez vite du magasin et donnez- vous 24 heures de réflexion avant d’acheter un article coûteux. Cela vous laissera suffisamment de temps pour peser le pour et le contre.  Si le coup de cœur persiste au-delà de 24 heures et que vos finances vous l autorisent, retournez au magasin et achetez l’objet qui vous fait rêver !

7.      Faites-vous accompagner par quelqu’un de raisonnable !

Si je veux être certaine de ne pas dépenser trop lors de mes sorties shopping, il me suffit d’y aller avec mon cher et tendre 🙂 . C’est la voix de la raison, en matière de dépenses inutiles. Vous trouverez certainement un ami ou un proche qui saura remplir ce rôle à merveille. N’achetez que lorsqu’il vous accompagne (et vous donne son aval ?) ou passez-lui un coup de téléphone quand la frénésie du shopping vous atteint.

8.      Ne prenez pas de caddie

Avez-vous remarqué la taille des caddies ? Ces monstres sont conçus pour vous permettre d’acheter avec frénésie ! Évitez ce piège en prenant un chariot uniquement si vous avez des choses encombrantes à acheter. Si vous faites les courses avec un panier ou vos petits bras musclés, vous serez moins tenté de tout acheter.

9.      Envoyez quelqu’un faire les courses pour vous

Si vous n’êtes pas sûr de pouvoir vous en tenir à votre liste ou si le shopping sans caddie ne semble pas vous aider, vous pouvez toujours laisser quelqu’un d’autre faire les courses à votre place. Établissez votre liste de courses et remettez-la à une personne de confiance. Vous ne pourrez pas rien ajouter en étant assis chez vous.

10. Vérifiez vos achats avant de passer à la caisse.

Avant de vous diriger vers la caisse, prenez une minute pour regarder vos achats. Avez-vous vraiment besoin de tout ce que vous êtes sur le point d’acheter ? Y a-t-il des choses que vous pourriez remettre aux prochaines courses ?

Essayez nos astuces pendant 1 ou 2 mois, et dites-nous si vos dépenses ont considérablement baissées. Avez-vous  d’autres astuces à partager avec nos lecteurs ?