Prendre sa retraite à point

La morale de la fable de la Fontaine, Le Lièvre te la Tortue, nous enseigne que :

« Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. »

Les gourmands et gourmets vous diront qu’il vaut mieux :

Manger son entrecôte à point.

Les calmes vous diront :

Tout vient à point à qui sait attendre

Le frugaliste vous affirme qu’il vaut mieux :

Prendre sa retraite à point .

Le financement des retraites : un problème récurrent en Europe

Tous les pays d’Europe cherchent des solutions miraculeuses pour financer la masse des retraites que l’on estime faramineuse. Quand tous les bébés nés du Baby-boom d’après-guerre vont quitter la vie active, beaucoup de nations envisagent de relever l’âge de la retraite jusqu’à 70 ans pour certaines. L’actualité française faite de grèves et de conflits sociaux nous montre bien que les mesures et changement envisagés dans le code du travail ne sont pas des plus appréciés et on le comprend. C’est pourquoi les frugalistes ne veulent pas faire les frais d’un allongement de leur vie active pour les beaux yeux de ce casse-tête démographique.

S’émanciper des retraites payées par l’Etat

Plutôt que d’espérer accumuler des points donnant droit à une retraite “généreusemen”t consentie par le gouvernement, et de faire religieusement leurs cotisations sociales mensuelles, et de se sentir appauvrir, les frugalistes prennent leur retraite en main dès qu’ils se lancent dans la vie active pour y mettre fin le plus tôt possible.

Un choix critiqué mais assumé

Certains (jaloux ?) avancent des critiques en essayant de les culpabiliser par leur manque de solidarité envers un système qui leur a permis de se former et d’apprendre un métier. D’autres les traitent de radins. Mais à cela, il est facile de répondre que la société n’offre pas un cadre professionnel qui donne au jeune l’envie d’y rester au-delà de 40-45 ans.  N’est-ce pas aussi un signe de maturité et de grandeur que de se donner les moyens d’assumer sa survie ainsi que celle de sa famille sans compter sur les aides extérieures ? Il faut tout de même une sacrée foi pour se lancer !

Quelques sacrifices pendant la vie active pour obtenir une retraite de rêve.

Les frugalistes n’ont pas à se sentir coupables de réduire le nombre de leurs cotisations sociales, car pour prendre leur retraite anticipée, ils sont obligés de mettre en place, une discipline de vie rigoureuse, dès leur entrée dans le monde du travail. Alors que certains profitent de leur jeunesse pour « s’éclater », « dépenser », « consommer », les futurs jeunes retraités à faire fructifier et investir. Leurs objectifs : asseoir leur avenir et prendre leur retraite en étant ni trop cuit, ni saigné !

Et vous, vous la voulez comment votre retraite ? Frugale et à point ?

5 Conseils pour faire ses courses frugalistes

5 / 5 ( 2 votes )

Vos menus vous planifierez

Prenez l’habitude de planifier vos repas sur une semaine. Le budget alimentaire est un gros « gaspilleur » d’argent. De cette façon vous ne serez pas tenté d’acheter plus qu’il ne faut. Avec cette tactique, vous éviterez les “achats de plaisir” inutiles.

Votre liste vous respecterez

N’achetez que l’essentiel, c’est-à-dire ce que vous avez noté sur votre liste de course. Une fois que vous avez checké les fournitures indiquées sur votre papier, allez tout droit à la caisse sans passer par une autre case !

Le ventre plein vous irez

Ne faites jamais vos commissions dans les rayons remplis de nourriture avec l’estomac vide. Vous auriez vite fait de vous laisser tenter par une plaque de chocolat ou un saucisson alléchant.

En liquide vous payerez

En payant avec un chèque ou une carte bleue, nous perdons conscience de ce qu’est l’argent. Essayez autant que possible d’emporter de l’argent liquide pour vos achats. Vous vous rendrez compte de ce que coûte votre nourriture et éviterez de trop dépenser.

Votre ticket, vous vérifierez

Il arrive régulièrement que les caisses enregistreuses fassent des erreurs et que le prix affichés ne correspondent pas à celui qui se trouve sur votre ticket de caisse. Pensez donc avant de quitter le magasin à vérifier.

Christelle, cadre commerciale repentie et frugaliste

4.5 / 5 ( 2 votes )

Prise de conscience

Christelle*, la quarantaine bien sonnée vient de lâcher son emploi de commerciale dans une maison d’édition et de vente très en vue. Reconnue meilleure vendeuse plusieurs années de suite, au prix de multiples déplacements, trajets en voiture fatigants, la naissance de sa fille (assez tardive) lui a fait l’effet d’un électrochoc révélateur. D’autant plus que son mari doit d’ici peu prendre une retraite bien méritée.

Crise de questionnement

Pourquoi se tuer à la tâche pour un salaire confortable qui de toutes façons sera épuisé à la fin du mois ? Quel intérêt de collectionner les kilomètres au compteur quand on n’a plus le temps d’être proche des siens ? Recevoir la reconnaissance de son patron quand votre petite passe sa journée à la crèche et chez une nounou ? Ne pas pouvoir manger sainement parce que les repas se font toujours sur le pouce ?  Commencer à sentir que le cœur s’emballe de tant de stress et de chiffres à tenir ? Travailler pour dépenser et consommer ? Quel sens donner à ma vie ?

Choix de vie salutaire

Christelle a du jour au lendemain, décidé de changer de vie. Comme elle le répète plusieurs fois lors de notre entretien, elle a tout simplement souhaité commencer à VIVRE.

De prise de conscience, en réveil profond, elle va faire des choix de vie catégoriques :

  • Instruction en famille de sa fille
  • Alimentation saine
  • Zéro déchet
  • Slow life
  • Abonnement aux recycleries et repair café
  • Choix de ne garder qu’un véhicule.
  • Jardinage

On ne s’improvise pas frugaliste

Pour ses amis et collègues du moment, c’est un peu l’incompréhension, cette conversion semble radicale (voire radicalisée !). Mais Christelle sait que tout cela est intimement lié à son besoin d’authenticité, d’être recentrée sur sa personne, ses aspirations et besoins.

Maintenant que le pas est sauté, Christelle doit ajuster son quotidien à sa nouvelle vie (ou le contraire ?). Elle n’hésite pas à dire que ce n’est pas tous les jours facile, mais ajoute aussi que la motivation (et le sourire de sa fille) rend les petits sacrifices et changements tout à fait acceptables.

Peut-on voir la vie en rose quand on est frugaliste ?

Bien sûr, elle trouve sa vie plus saine, plus « jolie » et sensée, mais avoue aussi qu’une « vie en rose ne se construit pas du jour au lendemain ». Il lui a fallu mettre en place de nouvelles routines et habitudes. Le plus dur pour elle, aura été de planifier son budget et de s’y tenir. Avant de trouver comment stabiliser ses dépenses, Christelle teste plusieurs méthodes. Finalement, c’est celle des enveloppes qui lui facilitera vraiment la vie.

Phase d’adaptation

Au début de son entrée dans le frugalisme (à notre qu’il existe plusieurs types de frugalisme), Christelle pensait pouvoir se contenter de la retraite de son compagnon. Mais « les temps sont durs », pour les frugalistes sans grandes épargnes et il faut bien pouvoir faire de temps en temps quelques courses (retrouvez nos 10 astuces de frugaliste pour moins dépenser en faisant ses courses) . Elle a donc dû se résoudre à faire un petit boulot pour mettre du beurre dans les épinards qu’elle cultive elle-même dorénavant !

Mais pas question de repartir dans la course aux chiffres et les statistiques, les déplacements dans toute la France. Elle a trouvé un petit boulot et distribue les journaux, une fois par semaine, le dimanche quand sa famille dort encore, entre 5h00 et 8h00.  Elle met aussi à disposition des touristes, une chambre dans sa maison et vend des bijoux qu’elle réalise. Ce sont des appoints qui ne lui demandent plus de sacrifier sa vie pour la gagner.

En conclusion

Quand on lui demande, si elle regrette ses choix, Christelle éclate de rire et affirme que pour rien au monde, elle ne retournerait dans son autre survie ! Elle se sent en parfaite adéquation avec sa personne et a l’impression de ne plus courir après le vent.

Témoignage de Christelle* (45 ans) recueilli et mis en forme pour le site. Le nom de notre contact a été modifié par volonté d’anonymat.

Témoignage d’un frugaliste

4.5 / 5 ( 4 votes )

Il y a des évènements qui vous font appréhender la vie d’une manière différente du jour au lendemain.

Un accident de la vie qui modifie la vôtre

Il y a 4 ans, ma femme a eu un grave accident de la circulation. Choc frontal, choc vital. Causé par un tiers, cet événement a créé une grande remise en question dans ma/notre vie.

J’étais enseignant dans un lycée professionnel depuis plus de 20 ans. J’avais l’assurance d’un salaire confortable, les vacances (plus que méritées) garanties toutes les 6 à 7 semaines. Oui, mais voilà, cela faisait de nombreuses années que ce métier avait perdu tout sens pour moi. Vidé de sa valeur et de ses objectifs fondamentaux, mon travail n’était devenu au fil des ans et l’usure du métier, qu’un gagne-pain qui me rendait aigri, fatigué et usé. je n’en pouvais plus de ce qui se trouve à l’arrière du décor (incivilité, manque de soutien de l’administration, programmes propagandistes, charges administratives etc..).

Quand ma femme a failli mourir, j’ai senti que la vie ne tenait vraiment qu’à un fil qui pouvait se rompre à tout instant. La cinquantaine approchant, je savais aussi que j’avais déjà accompli une bonne partie de mon chemin sur cette terre. Avais-je envie de continuer ainsi au prix de ma santé à gagner un salaire qui de toute façon était fondu en fin de mois ? Cela valait-il le coup de revivre à nouveau un burn out pour quelques subsides destinés à consommer plus. Pourquoi se ruiner la santé pour ne pas profiter de ses proches et de ce que la vie offre comme bons côtés ? Mon confort financier n’était-il pas devenu une prison ?

On change de direction

J’ai donc décidé de changer de vie et d’objectifs. J’allais profiter de la vie, de ma famille et de mes proches quitte à vivre plus frugalement. J’ai donc donné ma disponibilité de l’enseignement pour me lancer comme auto-entrepreneur. Cela voulait dire une diminution du salaire par 2,5.

Bonne nouvelle

On peut apprendre le frugalisme de façon progressive, moi, je l’ai fait de façon brutale. Mais plusieurs années après, je suis content du résultat. J’ai réussi à réduire mes désirs pour me focaliser sur mes besoins. Pour cela j’ai dû faire preuve de créativité et de système D, mais la qualité de vie n’a plus rien à voir. Je me suis mis au jardinage et à la permaculture, nous faisons des conserves. Nous pratiquons le système des enveloppes pour mieux gérer nos dépenses, nos loisirs sont moins onéreux, mais le temps passé en famille est bien plus précieux que quelques euros de plus sur le bulletin de salaire, mais dépensés aussi vite que gagnés.

Mon frugalisme se rapproche de la slow life, mais il existe de nombreuses autres façons de le vivre.

Témoignage de Laurent ( 51 ans) recueilli et mis en forme pour le site.

Un frugaliste, des frugalismes

5 / 5 ( 3 votes )
une religion ?

Si tous les frugalistes du monde ont des points communs et des ressemblances, il ne faut pourtant pas oublier que tous n’ont pas la même façon d’appréhender cette vie frugale. Le frugalisme englobe plusieurs choix de vie différents et des tendances variées. Dans cet article nous mettrons en évidence les points communs entre les adeptes du frugalisme et définirons plusieurs modes de vie frugalistes.

Qui sont les frugalistes ?

  • Ce sont tous des individus désireux de mener une vie simple.
  • Qui ont décidé de se concentrer sur leurs besoins plutôt que sur leurs désirs.
  • Qui souhaitent se libérer du stress des problèmes d’argent, de l’angoisse de la perte d’emploi et des dettes
  • Qui ont soif d’une vie saine et heureuse et la construisent en mettant à neuf leur quotidien.

Un frugalisme à géométrie variable

Frugalisme ou retraite anticipée

un frugaliste heureux

Appelé « early retirement » chez les anglo-saxons, ce frugalisme fait référence à des individus de moins de 40 ans qui dès les prémices de leur carrière professionnelle ont décidé de faire travailler leurs revenus et d’épargner intelligemment.  Leurs plans d’épargne bien remplis, des rentes immobilières assurées et une maison payée, ils prennent alors leur retraite et peuvent se lancer dans les activités qui répondent mieux à leurs aspirations, vivre leurs passions et profiter de leur famille.

Une vie au ralenti : La slow life

Ces frugalistes décident de freiner le tourbillon de leur vie et d’opter pour un quotidien plus tranquille. Ils ont pour objectif de réduire leur stress et se mettent à tout ce qui est « slow » : slowfood, slowfashion. Pour cela ils choisissent d’être plus proches de la nature, aiment le homemade, sont versés dans le DIY et tendent vers l’autosuffisance alimentaire voire énergétique. Ce sont souvent des frugalistes non-spéculateurs.

Les néo-frugalistes

Zen attitude

Ils sont dans la vingtaine et habitent encore chez leurs parents. La conjoncture économique et sociale les a poussés à préférer se concentrer sur leurs besoins plutôt que sur leurs désirs. Ils adoptent alors une consommation plus réfléchie et moins impulsive.

Et vous quel type de frugaliste êtes-vous ? Avez-vous évolué ?